Chantier de Bahnstadt

L’ancienne gare de marchandises de Heidelberg abrite le chantier où doit s’élever le plus grand quartier passif du monde, qui sera prêt en 2022. Ce projet résidentiel axé sur l’économie d’énergie fait sensation dans le pays et dans le monde entier.

L’ancienne gare de marchandises de Heidelberg abrite le chantier où doit s’élever le plus grand quartier passif du monde, qui sera prêt en 2022. Ce projet résidentiel axé sur l’économie d’énergie fait sensation dans le pays et dans le monde entier.

Un projet équilibré

Avec 2.000 habitants et des centaines de nouveaux emplois, Bahnstadt est un projet équilibré et s’inscrit dans une tendance qui ne cesse de s’accentuer. La première phase de développement s’est terminée à l’été 2014. Depuis lors, habitants et entreprises ont investi leur nouveau quartier. « Je me réjouis de voir à quel point le nouveau quartier est bien accepté », déclare le Dr Eckart Würzner, bourgmestre de Heidelberg et grande figure du projet. Nombreux sont ceux qui lui demandent, aussi bien en Allemagne qu’à l’étranger, ce qui rend ce chantier de construction résidentielle moderne si spécial. « Bahnstadt sera le plus grand quartier passif du monde », répond-il alors fièrement. Tous les bâtiments sont conçus de manière à ne générer aucune émission et à réduire la consommation d’énergie d’environ 50 à 80 pour cent. Un public varié de familles, d’étudiants et de seniors a emménagé dans les studios à louer, appartements et résidences universitaires déjà terminés.

Un financement spécial permet aux moins nantis de profiter des avantages d’une maison passive. En montant au sommet de l’habitation, le visiteur aperçoit les symboles des technologies énergétiques du passé : « On peut voir d’un côté les tours de refroidissement de la centrale nucléaire de Philippsburg et de l’autre les cheminées de la centrale à charbon de Mannheim. » Pour les habitants de Bahnstadt, ces sources d’énergie ne sont plus d’actualité. L’électricité et la chaleur résiduelle nécessaires pour les maisons passives sont produites par une centrale d’énergie à biomasse neutre en CO2 chauffée au bois.

Passive House Award en 2014

Photo: Kay Sommer

À la fin de la première phase de construction en 2014, le projet Bahnstadt de Heidelberg a reçu le premier Passive House Award. Cette récompense est décernée par le Passive House Institute dans le cadre du projet européen PassREg (Régions Maisons Passives à Énergie Renouvelable).

« Le projet Bahnstadt acquiert une reconnaissance internationale et est en passe de devenir l’un des projets les plus novateurs de notre époque en matière de développement urbain », a affirmé Eckart Würzner lors de l’inauguration officielle de la plaque commémorative installée pour célébrer le Passive House Award. Le Prof. Dr Wolfgang Feist, directeur du Passive House Institute a ajouté : « De plus en plus de pays attachent une importance croissante à l’efficacité énergétique dans la construction, mais jamais auparavant un quartier entier n’avait été construit selon les normes de l’habitat passif. Ce faisant, la ville de Heidelberg fait figure de pionnière : la directive européenne sur la performance énergétique des bâtiments exige que les constructions à consommation d’énergie quasi nulle deviennent la règle d’ici 2021 – et avec la norme maison passive, le projet Bahnstadt respecte déjà cette exigence. »

Des projets phare innovants

Le bourgmestre de Heidelberg se laisse guider par sa conviction et se montre plutôt intransigeant quand il s’agit du climat. Son équipe et lui ont ainsi mis un point d’honneur à ce que le magasin de bricolage de 12.000 mètres carrés édifié aux abords du quartier soit un bâtiment passif. Parmi les constructions les plus remarquables du Bahnstadt, on peut citer les bureaux de Skylabs ainsi que le laboratoire, également construits dans le respect du standard passif. La tour de neuf étages, conçue par Fischer Architekten, doit devenir le point d’orgue architectural du projet. D’un point de vue technologique, elle répond aux normes les plus élevées en matière d’efficacité énergétique, une attention particulière ayant été apportée à l’optimisation des techniques de ventilation. Le bâtiment se caractérise par des fenêtres du sol au plafond, qui laissent entrer suffisamment de lumière pendant l’hiver. En été, des volets pliants protègent de la chaleur ; ceux-ci sont finement perforés afin que la lumière puisse toujours pénétrer à l’intérieur.

Cette solution permet de réduire sensiblement l’éclairage artificiel dans le bâtiment Skylabs. Le jardin d’enfants déjà terminé sur la « Schwetzinger Terrasse » est certes beaucoup plus petit, mais non moins innovant. La crèche et la place publique adjacente ont été conçues par le bureau d’architectes Behnisch et sont surtout remarquables par leurs formes particulières.

Un pont utile et pratique

Dans le quartier du Bahnstadt, les voitures sont interdites. Cette zone protégée du trafic est dominée par les piétons et les cyclistes, qui bénéficient de la dernière innovation : des lampes à LED qui éclairent les rues sur une distance de 3,5 kilomètres. Quand il n’y a personne, l’éclairage est automatiquement réduit à environ 30 pour cent de la puissance lumineuse. Dès qu’un passant arrive, la luminosité repasse au maximum, pour ensuite revenir automatiquement en mode économie d’énergie. Personne ne doit donc craindre que les lumières s’éteignent trop tôt dans le Bahnstadt.

La demande de maisons passives est plus élevée que l’offre ; la combinaison entre logement, temps libre et travail est très demandée. « Le concept du Bahnstadt fonctionne », affirme Eckart Würzner avec conviction. Même la séparation entre l’ancien centre-ville et le nouveau quartier a désormais disparu – du moins d’un point de vue architectural : une longue passerelle réservée aux vélos et aux piétons relie à présent les deux parties de la ville.

Vivre connecté en 2030

Vaillant s’intéresse de près à la manière dont nous vivrons à l’avenir. « L’entreprise fait partie du réseau d’innovation Universal Home, une plateforme consacrée aux questions qui se posent en matière d’efficacité énergétique. Dans le cadre de cette collaboration, nous pouvons proposer des produits et services qu’un fabricant ne pourrait offrir à lui seul », explique Udo Ermert, Senior Design Manager chez Vaillant et fondateur d’Universal Home.

« À l’heure actuelle, Vaillant participe par exemple à un projet de réseau intelligent d’un système de chauffage et de stockage avec des appareils générateurs de chaleur / de froid dans un ménage du futur. »

www.universal-home.de